Prévention

SEO анализ сайта
шаблоны Templaza joomla

Ils concernent l’axe stratégique 1 dont les objectifs pour la période 2006-2010 sont :

- réduire d’au moins 25% le pourcentage de nouvelles infections à VIH et des IST dans les groupes cibles prioritaires de 2006 à 2010 ;

- réduire l’incidence des IST de 10% par an de 2006 à 2010 ;

- porter à 80% l’accès au conseil dépistage de la population.

 

Résultats obtenus et acquis

Les principaux résultats obtenus sont présentés dans le tableau ci-après :

Tableau n°4 : Résultats du CSLS 2006-2010 dans le domaine de la prévention

Domaines d’actions prioritaires

Résultats atteints 2006

Résultats atteints 2007

Résultats atteints 2008

Résultats atteints 2009

Prévisions 2010 (PNM)

Réduire d’au moins 25% le pourcentage de nouvelles infections à VIH et des IST dans les groupes cibles prioritaires de 2006 à 2010

1.Prévention des comportements à risque et promotion des comportements à moindre risque par l’IEC/CCC.

55% des différentes cibles sont touchées par les séances de CCC.

60% des différentes cibles sont touchées par les séances de CCC.

71,82% des différentes cibles sont touchées par les séances de CCC.

75,4% de différentes cibles sont touchées par les séances de CCC

90% de différentes cibles sont touchées par les séances de CCC

2.Promotion de la sécurité transfusionnelle dans les structures sanitaires et communautaires

15 313 poches de sang collectées et sécurisées

30 566 poches de sang collectées et sécurisées.

37 761 poches de sang collectées et sécurisées

34 199 poches de sang collectées et sécurisées (Septembre 2009)

100% des poches de sang transfusées sécurisées

3.Promotion de l’hygiène et de la sécurité dans les milieux de travail

Existence d’un pool de formateurs par région sanitaire

-    Existence d’un pool de formateurs par région sanitaire

-    300 documents de référence sur la prévention des infections distribués

60% du personnel formé et sensibilisé en prévention des infections

-   Personnel formé et sensibilisé en prévention des infections

-   Suivi contrôle de l’application des règles et directives par le personnel de toutes les formations sanitaires

80% du personnel de santé formé et sensibilisé en prévention des infections

4.Prévention des accidents d’exposition aux liquides biologiques

-  Formation des formateurs sur la prévention des AELB

-  Mise à disposition de kits pour la prise en charge des AELB dans les hôpitaux

-    Formation des formateurs sur la prévention des AELB

-    Mise à disposition de kits pour la prise en charge des AELB dans les hôpitaux

-    20 cas d'AELB traités

-      Mise à disposition de kits pour la prise en charge des AELB dans les hôpitaux

-      13 cas d'AELB traités

-  Mise à disposition de kits pour la prise en charge des AELB dans les hôpitaux

-  40 cas d'AELB traités

100% des cas d'AELB identifiés sont traités

5.Prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant

23% des formations sanitaires impliquées dans la PTME

42% des formations sanitaires impliquées dans la PTME

58% des formations sanitaires impliquées dans la PTME

92% des formations sanitaires (CSPS) impliquées dans la PTME

100% des formations sanitaires impliquées dans la PTME

45% (44 960) de femmes enceintes ont réalisé le test VIH

43,65% (87 478) de femmes enceintes ont réalisé le test VIH

40,78% (172 452) de femmes enceintes ont réalisé le test VIH

50,97% (310 583) de femmes enceintes ont réalisé le test VIH

80% de femmes enceintes ont réalisé le test VIH

             


Domaines d’actions prioritaires

Résultats atteints 2006

Résultats atteints 2007

Résultats atteints    2008

Résultats atteints 2009

Prévisions 2010 (PNM)

 

80,82% de femmes dépistées VIH+ sous traitement prophylactique complet aux ARV

87,29% de femmes dépistées VIH+ sous traitement prophylactique complet aux ARV

91,07% de femmes dépistées VIH+ sous traitement prophylactique complet aux ARV

87,54% de femmes dépistées VIH+ sous traitement prophylactique complet aux ARV

90% de femmes dépistées VIH+ sous traitement prophylactique complet aux ARV

6.Promotion des préservatifs masculins et féminins

         

7.Promotion des activités ciblées au profit des groupes vulnérables et/ou spécifiques

653 997 personnes touchées (TS et leurs clients, orpailleurs, jeunes, population féminine et femmes enceintes, handicapés, etc.)

TS et leurs clients, orpailleurs, jeunes, population féminine et femmes enceintes, handicapés, etc.)

TS et leurs clients, orpailleurs, jeunes, population féminine et femmes enceintes, handicapés, etc.)

 

743 325 personnes touchées (TS et leurs clients, orpailleurs, jeunes scolarisés ou non, OEV, population féminine et femmes enceintes) (non consolidé)

1 000 000 personnes touchées par les activités ciblées

8.Promotion de la santé de la reproduction/santé sexuelle

-  Des actions de SR/SS sont réalisées en faveur des femmes et des jeunes à l’initiative du Ministère de la santé et de certains projets : GTZ, KFW/PROMACO

-  Prise en compte de la SR/SS dans les activités de CCC

-  Des actions de SR/SS réalisées en faveur des femmes et des jeunes à l’initiative du Ministère de la santé et de certains partenaires  (GTZ, UNICEF, UNFPA, KFW/PROMACO, etc.) ont permis de toucher 125.901 personnes

-  Prise en compte de la SR/SS dans les activités de CCC

-  Des actions de SR/SS sont réalisées en faveur des femmes et des jeunes à l’initiative du Ministère de la santé et de certains projets 

-  Prise en compte de la SR/SS dans les activités de CCC

-  Une étude sur les stratégies d’implication des jeunes dans la SR y compris la lutte contre le VIH/Sida réalisées et existence d'un module sur la SR, le VIH/ Sida et les IST dans les ENEP

-  Des actions de SR/SS sont réalisées en faveur des femmes et des jeunes à l’initiative du Ministère de la santé et de certains projets 

-  Prise en compte de la SR/SS dans les activités de CCC

-  1091 personnes touchées dont 34% de femmes (non consolidé)

-  Elaboration d’un plan d’actions pour une meilleure intégration de la SR et du VIH et état des lieux en matière de promotion de la SR réalisé

-  Au moins 25% des jeunes de 15-24 ans ont des informations sur la SR/SS

-  Formation des acteurs

-  Activités de SR/SS réalisées au profit des femmes

9.  Renforcement de l’enseignement de la lutte contre le VIH/Sida et les IST dans le secteur de l’éducation et dans les écoles de formation professionnelle

Curricula de formations élaborés dans le cadre du PPIE, expérimentés et évalués

-  Enseignement du VIH, du Sida et des IST dans le secteur de l’éducation

-  Modules spécifiques intégrés dans l’ensemble des écoles de formation professionnelle

-  200 enseignants formés à l’utilisation des guides pédagogiques,                

-  Enseignement du VIH, du Sida et des IST dans le secteur de l’éducation Module intégré dans les programmes

-  formations réalisées dans les écoles de formation du Ministère de la Santé

-   Enseignement du VIH, du Sida et des IST dans le secteur de l’éducation

-   Enseignement du module sur la SR, le VIH et les IST dans les écoles de forma-tion des enseignants du primaire et du Ministère de la santé 

-   'Adoption du docu-ment d’orientation stratégique en matière de lutte contre le VIH, le Sida et les IST, de nutrition et des autres problèmes de santé dans le secteur d’éducation

-  Enseignement du VIH, du Sida et des IST dans le secteur de l’éducation

-  Modules enseignés dans 100% des écoles et centres de formation professionnelle

-  Formation sur l’utilisation des outils, matériels et modules dans les classes

Réduire l’incidence des IST de 10% par an de 2006 à 2010

Renforcement du dépistage et du traitement précoce des IST

109.157 cas d’IST traités (femmes 82% et hommes 18%)

120.039 cas d’IST traités (femmes : 84% et hommes : 16%)

119.964 cas traités (femmes : 83% et hommes : 17%)

133 689 cas traités (femmes : 83,10% et hommes : 16,90%)

100% des patients dépistés porteurs d’IST sont correctement pris en charge par les services de santé

Porter à 80% l’accès au CD de la population

Renforcement du conseil dépistage volontaire au niveau des structures sanitaires et communautaires

     

294 301 personnes ont été dépistées

Contribution à l’accès de 488 282 personnes au CD

83 centres intégrés, 33 centres autonomes et campagnes réalisées

88 centres intégrés, 33 centres autonomes et campagnes réalisées

88 centres intégrés, 38 centres autonomes et campagnes réalisées

88 centres intégrés, 48 centres autonomes et campagnes réalisées

100% des formations sanitaires intègrent le conseil dépistage dans leur Paquet minimum d’activités

             

 

Au titre des acquis essentiels, il ressort ce qui suit :

Dans le domaine de la promotion des comportements à moindre risque, du renforcement de la couverture nationale des interventions communautaires et de l’implication des leaders religieux et coutumiers, les actions de sensibilisation ciblant la population générale et les groupes spécifiques ont été renforcées au fil des années.

 

Dans le domaine de la sécurité transfusionnelle, il ressort la participation active des acteurs de la santé et du monde associatif à travers la promotion et la collecte de sang, la mise en place d’un CNTS et de quatre (04) CRTS, la célébration chaque année de la journée mondiale du don de sang, enfin l’élaboration et l’adoption du plan stratégique du renforcement de la transfusion sanguine au Burkina Faso 2011-2015.

 

Concernant le domaine de la promotion de l’hygiène et de la sécurité dans les milieux de travail, les acquis portent sur le renforcement des capacités du personnel de santé et des membres des associations, l’utilisation systématique de matériels de travail et de protection stérilisés ou à usage unique, l’existence d’un plan d’élimination des déchets biomédicaux et la disponibilité des kits de prise en charge des AELB.

 

Pour ce qui est de la prévention des accidents d’exposition aux liquides biologiques, des directives nationales relatives à la prévention des risques de contamination et à la prise en charge des travailleurs de la santé exposés sur le lieu du travail existent. Du matériel de protection et des kits prophylactiques pour le traitement préventif en cas d’accident d’exposition au sang ont été mis à la disposition des hôpitaux des 13 régions sanitaires accompagnés d’activités d’information et de sensibilisation sur les directives.

 

S’agissant de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant, l’offre de services complets de PTME s’est améliorée et la couverture géographique s’est renforcée. Aussi, on note que 100% des districts sanitaires et 92% des formations sanitaires périphériques réalisent des activités de PTME. Une étude portant sur l’évaluation de la transmission résiduelle du VIH de la mère à l’enfant réalisée en 2008 a trouvé un taux de 3,3%.

 

Dans le domaine de la promotion de l’utilisation des préservatifs masculins et féminins, il faut relever l’existence d’un plan stratégique de sécurisation des produits de SR et celle de plusieurs sources d’approvisionnement des préservatifs.

 

Au titre des interventions ciblées au profit des groupes vulnérables et/ou spécifiques, les activités réalisées ont touché essentiellement les jeunes, les travailleuses du sexe, les orpailleurs, les prisonniers, les personnes vivant avec un handicap, les MSM et les routiers.

 

Quant à la promotion de la santé sexuelle et reproductive (SSR), les acquis portent sur l’existence de document de politique, normes et protocoles (PNP), la prestation des services SSR dans toutes les formations sanitaires du pays, la formation continue du personnel de santé en SSR et l’élaboration du plan de sécurisation des produits SSR.

 

 

Dans le domaine de l’enseignement du VIH, les efforts ont permis de disposer de modules de formation tant au niveau des ministères en charge des enseignements qu’au niveau d’autres institutions disposant d’écoles de formation ainsi qu’au niveau communautaire. Des curricula et des guides ont été élaborés pour les écoles de formation. L’adoption du document d’orientation stratégique du secteur de l’éducation en matière de lutte contre le VIH, nutrition et d’autres problèmes de santé constitue une opportunité pour renforcer ce domaine.

 

Pour ce qui est du renforcement de la prise en charge adéquate des IST, les acquis portent sur le diagnostic et la prise en charge systématique des IST, l’existence d'algorithmes de la prise en charge syndromique des IST et la dotation en kits pour le traitement des IST.

 

Concernant le dépistage du VIH, en plus des centres intégrés dans les formations sanitaires,          36 centres autonomes gérés par des associations offrent des services y relatifs en stratégies fixe, avancée ou mobile. Par ailleurs, le dépistage du VIH est maintenant associé à la prise en charge de la tuberculose.

 

 

Leçons apprises et défis

Les leçons tirées et les défis de la mise en œuvre des interventions dans ce domaine sont :

- la baisse tendancielle de la séroprévalence est menacée dans certaines cibles par la précarité des interventions, d’où la nécessité de renforcer les actions de prévention au profit des groupes spécifiques ;

- la promotion du conseil dépistage au niveau des structures sanitaires pourrait être compromise par la rupture des stocks de réactifs et de consommables ;

- l’assurance qualité du don de sang est garantie mais nécessite que le CNTS soit décentralisé ;

- le changement de comportement apparaît tributaire d’une intervention intégrée et multisectorielle ;

- en l’absence d’un ciblage clair, la prise en compte des groupes vulnérables reste limitée dans le temps et les effets recherchés restent difficiles à produire et à mesurer ;

- la fidélisation dans le don de sang est un facteur favorisant l’adoption de comportements à moindre risque ;

- l’adhésion des hommes et des leaders d’opinion est un facteur clé de réussite de la PTME ;

- le monde communautaire est un partenaire déterminant pour stimuler la demande et l’utilisation de services en PTME ;

- la prise en compte du genre dans les interventions ciblées en faveur des groupes vulnérables et spécifiques permet leur prise en charge optimale ;

- une intégration systématique de la thématique VIH dans les programmes d’éducation et de formation pourrait favoriser la généralisation de son enseignement;

- la nécessité de réviser les algorithmes pour prendre en compte la spécificité des IST chez les MSM ;

- le diagnostic de la sérologie chez les enfants passe par l’offre systématique de dépistage dans les CREN et les services pédiatriques ;

- la coordination de l’approvisionnement des produits SR améliore leur gestion et utilisation ;

- la nécessité d’opérationnaliser la stratégie de communication ;

<span style="font-family

кино online
каталог видео

back to top